5 réponses à vos questions sur les mordillements de Pitou!

Chaque semaine, plusieurs clients me questionnent sur le mordillage de leur chien. Ce comportement est plus souvent observé chez les chiots pendant leur développement et parfois persiste à l’âge adulte. Ce qui peut devenir assez rock n’roll dans une famille!

Voici donc les questions qui reviennent le plus souvent et les explications les plus justes afin de vous aider à mieux comprendre votre chien.

Tout d’abord

Le mordillage est normal chez le chiot. Il mordille tout ce qui lui tombe sous la patte lors de ses explorations incluant vos mains. Mais il ne doit pas laisser de marque sur votre peau. Comme je dis souvent à mes clients : les chiots n’ont pas de mains! Leur gueule est ce qu’ils ont pour communiquer, toucher, explorer et découvrir leur environnement. Ils apprennent aussi de cette façon à contrôler la force de leur morsure, surtout dans leurs interactions avec d’autres chiens. Chez l’humain, les bébés touchent à tout, mettent tout dans leur bouche, ils peuvent aussi taper!  Ils utilisent principalement leurs mains pour communiquer et explorer.

Tel que l’enfant, le chiot a lui aussi une période de transition dentaire (généralement entre 4 et 7 mois d’âge selon la race) qui pourra influencer par moments l’intensité des mordillements. Des massages avec un linge frais au niveau de la gueule et gencives ou lui faire mordiller des jouets congelés peuvent le soulager.

Cependant, ce comportement peut rapidement devenir désagréable s’il y a perte de contrôle ou si le chien blesse les humains dans un contexte familial.

Pour simplifier

Les chiens vont mordiller l’humain pour trois principales raisons, bien qu’il y en ait d’autres :

  1. Par excitation, lors de jeux ou pour initier le jeu : le chiot ou chien adulte qui ne gère pas bien son excitation va mordiller quand les émotions sont trop fortes ou par demande d’attention. Un peu comme un enfant qui devient incontrôlable, qui crie et court partout ou fait des bêtises pour attirer notre attention… Cela vous dit quelque chose?

 

  1. Lors d’inconfort à des manipulations : le chiot ou chien adulte mordille souvent si l’humain le prend au mauvais moment, le caresse à un endroit inconfortable ou lui impose toute manipulation non voulue (ex: taille de griffes, brossage de dents, installation du harnais…).

 

  1. Par prédation : le chiot stimulé par quelque chose qui bouge ira souvent le mordiller. La séquence de prédation ou de chasse sera de fixer (ce qui bouge), courir, mordre, secouer… Je resterai en surface ici pour les informations car ce même sujet pourrait faire l’objet de plusieurs articles. Je n’aborde pas ici le comportement de prédation chez l’adulte. Mais notez qu’un chiot bien socialisé aux individus qu’il côtoie a moins de chance de faire de la prédation sur ceux-ci.

 

En prévention

Veillez à combler ses besoins quotidiens en activité physique, masticatoire et mentale (environ 3 à 5 heures/jour ou plus). Les chiots doivent toujours avoir accès à des jouets sécuritaires à mastiquer. Je vous conseille d’en garder plusieurs cachés qui demeureront plus intéressants et que vous pourrez sortir au besoin pour l’occuper. Ce conseil s’applique également à tout chien adulte.

Évitez de jouer avec vos mains ou vos pieds avec pitou. Le fait de jouer de cette façon augmente son excitation, lui apprend que jouer avec la peau est permis et l’incite à devenir très envahissant. Utilisez toujours des jouets. Je vous conseille les jeux à distance, lancer des jouets et lui faire rapporter, jouer à la cachette, entraîner les commandes de base. Je vous assure que pitou préfère les interactions à distance, bien plus motivantes et amusantes!

Déterminez les périodes de la journée où les mordillements sont les plus intenses. Peu avant que cette période commence, faites une activité avec lui pour rediriger son attention vers autre chose de plus acceptable. Donnez-lui des os à gruger, un kong garni, un jouet interactif…

Évitez aussi le jeu de tire à la corde jusqu’à 6 mois d’âge. Ce jeu de tiraillage stimule la prédation chez le chiot. Il cherche plus facilement à tirer sur les vêtements et tout ce qui lui offre une résistance. S’il prend goût à cette activité, il poursuivra cette mauvaise habitude à l’âge adulte qui deviendra vite infernale! Des jeux alternatifs pour l’aider au contrôle de sa morsure peuvent vous être enseigné par un éducateur canin professionnel.

 

Est-ce que je dois punir mon chien qui mordille?

Les mordillements doivent être gérés à tout âge même s’ils sont considérés normaux pour un chiot. Et davantage si pitou vit dans une famille où il y a présence d’enfants. Cependant, la punition verbale ‘’non’’ ou physique augmente généralement l’intensité des mordillements. La confusion, la frustration, l’irritabilité, l’excitation ou même l’attention souhaitée en seront accrues. Par exemple dans une situation où le chien est inconfortable aux manipulations, la punition va lui démontrer une incompréhension de la part de l’humain et augmenter son stress. Le chien n’aura d’autre solution que de mordiller plus fort pour que l’humain comprenne son inconfort et le laisse tranquille.

Les façons de gérer ces comportements désagréables varient selon la raison qui pousse le chien à le faire.

 

Que dois-je faire quand mon chiot me mordille?

 

Par excitation ou lors de périodes de jeux

Il faut cesser l’interaction dès que ses dents entrent en contact avec votre peau. Éloignez-vous immédiatement de lui, ne le regardez pas, ne lui parlez pas et ne le touchez pas. Dès qu’il se calme, renforcez-le avec un mot marqueur de bon comportement (ex : bon chien).  Le mieux est de cesser l’interaction avant que l’excitation ne soit trop haute, avant que les mordillements apparaissent.

S’il le faut allez dans une autre pièce pendant quelques secondes. Quand vous revenez, appelez-le par son nom afin de capter son attention et donnez-lui un jouet à mastiquer ou un kong garni. Procédez de la même façon s’il vous mordille pour vous inviter à jouer ou pour attirer votre attention lorsque vous êtes occupé à autre chose. Ignorez-le totalement. Il cessera ce comportement qui ne lui rapporte rien. Donnez-lui de l’attention seulement lorsqu’il est calme. D’autres alternatives sont aussi possibles et vous seront suggérées selon la réponse de votre chien.

Au besoin, s’il est incontrôlable amenez-le doucement et en silence dans sa cage. Donnez-lui un os ou une lamelle à mâcher pour l’occuper et l’aider à se calmer. Dès qu’il est plus calme, vous pouvez le sortir de sa cage. La cage est avant tout un endroit agréable et calme où votre chien n’est pas dérangé. Le chiot a besoin d’apprendre à se calmer seul. Vous lui apprenez ainsi à ne pas dépasser un certain niveau d’excitation.

 

Par inconfort aux manipulations

Observez bien le langage corporel de pitou. Il ne souhaitera pas se faire toucher et caresser à tout moment dans la journée, n’importe où sur son corps ou par n’importe qui. Vous l’accepteriez? Lui imposer et le forcer à le subir augmentera la fréquence et l’intensité des mordillements.

Dès que vous voyez que votre poilu évite votre geste, détourne la tête, se raidit, a les oreilles vers l’arrière, s’agite ou met ses dents sur vous… cessez ce que vous faites. Dès qu’il se calme, éloignez-vous pour lui montrer que vous avez compris où sont ses limites. Vous gagnerez ainsi sa confiance et la prochaine fois, il vous laissera aller plus loin. Aussi, prévoyez des périodes dans la journée où vous le manipulerez tout en lui donnant ses gâteries préférées ou en lui offrant un jouet garni de nourriture en conserve. Il appréciera davantage vos manipulations. Optez pour des séances agréables et de courtes durée.

 

Par prédation

Dès que votre chiot regarde ou semble intéressé par une personne ou quelque chose qui bouge (ex: votre conjoint en robe de chambre ou votre enfant qui traîne sa doudou), rappelez-le et demandez-lui un ‘’assis’’ ou ‘’couche’’ que vous aurez préalablement entraîné en renforcement positif. Puis, offrez-lui une activité à faire ou redirigez son attention sur un jouet. Vous devez intervenir avant qu’il ne commence à courir vers la chose convoitée afin de briser la séquence. Cela permet aussi de rendre les déclencheurs moins intéressants.

 

Est-ce que les mordillements disparaîtront à l’âge adulte?

Le mordillage s’il est géré de la bonne façon avec le chiot disparaîtra à l’âge adulte. Si le chien trouve réponse à ses demandes d’attention, si les manipulations sont mal introduites ou si la prédation (qui est un comportement programmé) est stimulée, il risque fort de se poursuivre et amener des problématiques au sein de la famille. Il est important de faire appel à un intervenant canin compétent dès que vous adoptez le chiot afin de vous guider dans ses apprentissages.

 

Mon chien mordille surtout un seul de mes enfants! Pourquoi?

Les enfants sont vigoureux, imprévisibles, vocaux et ils bougent rapidement. Pour plusieurs chiens, ils peuvent être un facteur de stress ou un stimulant pour jouer. Pour les chiots, ils sont très intéressants par leur voix aigue et leur ton joyeux!

J’ai vu des familles où ce comportement de mordillage se gérait plus difficilement avec un seul des enfants. Souvent, bien involontairement, l’enfant bougeait plus rapidement, repoussait toujours le chien, criait ou réagissait plus fortement aux mordillages. Toutes ces attitudes et réactions stimulent davantage pitou. Il obtient une réaction ou un jeu et voilà, c’est parti! Selon l’âge de l’enfant, il est toujours possible de le guider pour modifier son attitude et ses réactions face au chiot. Je considère très important que les enfants aient du plaisir avec pitou et ne développent pas de crainte face à lui. En ajoutant la bonne façon d’intervenir avec votre ami canin, cette difficulté rentrera dans l’ordre.

 

Quand je sors dehors avec mon chien, il s’excite et me mordille! Que faire?

Aller dehors pour un chien est le summum du plaisir! L’environnement extérieur déborde de mille et une stimulations. Tous ses sens sont interpellés. Les odeurs, les bruits, les gens, les animaux, les choses qui bougent, TOUT devient intéressant! Si, par exemple, pitou a eu peu d’activités dans la journée il se peut que sa sortie du soir le rende exalté… Alors dès que vous passez la porte, s’excite, saute et vous mordille!

En premier lieu, assurez-vous toujours de combler ses besoins en activité dans la journée. S’il est épuisé, il sera plus calme. Si c’est un chiot, prévoyez plusieurs moments pour l’entraînement et la pratique des commandes de base au quotidien. Si vous sortez pour la marche, peu avant occupez-le avec un os ou un kong garni congelé pour lui faire dépenser de l’énergie. Et répétez cette activité en revenant de la promenade pour continuer de dépenser son énergie plus calmement. Pour les sorties extérieures calmes, votre chien doit acquérir les commandes de bases et des attitudes civilisées par renforcement positif avec l’aide d’un éducateur canin compétent.

 

Quelques faits intéressants

Le sens du toucher est le premier à se développer chez le chiot. Votre chien possède des récepteurs tactiles très sensibles principalement sur la truffe, la face, les pieds, les coussinets plantaires et la région du périnée. Également, les vibrisses situées sur la lèvre supérieure (moustaches), au -dessus du coin interne des yeux et à deux endroits de la commissure labiale vers les oreilles sont ultrasensibles.

Vous avez sûrement observé que votre chien apprécie davantage les caresses au niveau de sa poitrine, qu’il tolère aussi le dessus de la tête et le cou par les gens familiers, moins par les inconnus. Toute sa vie, pitou communique avec des poussées du nez, des léchages, des morsures, des frottements et des contacts avec les individus qui l’entoure. Chez le chien, la limite entre la caresse et la douleur est très mince, un contact prolongé et répété peut devenir désagréable, voir douloureux. (Source: Joël Dehasse, DMV)

Voilà quelques informations qui peuvent vous aider à comprendre les réactions de votre compagnon.

 

Saviez-vous?

La méthode Tellington TTouch peut aussi diminuer la fréquence et l’intensité des mordillements? Certains touchers peuvent améliorer le confort de votre chien tels TTouch au niveau du museau, des babines, de la langue, des joues, des oreilles et de la queue. Ceux-ci permettant de diminuer les tensions et aider à calmer pitou! Il a été démontré que cette méthode facilite les manipulations et favorise la confiance du chien envers l’humain.  À parier que vous y prendrai plaisir par ces moments de complicité avec lui!

Dans ses interactions avec les humains qui l’entourent, votre ami canin est souvent poussé dans ses limites de tolérance. Le chiot est surstimulé, dérangé dans son sommeil, en éducation toute la journée, confronté à des difficultés pour lui  mais utiles à son évolution et ses apprentissages. En toute conscience, il est possible pour vous de rendre ces difficultés plus faciles et de respecter le rythme de votre chien pendant son développement et à l’âge adulte.

Laissez-lui de l’espace, prenez le temps d’observer ses réactions pour vous aider à mieux le comprendre.  S’il vous propose une activité qui vous déplait (ex. : mordre des objets, monter sur des meubles, courir après les enfants…), pourquoi ne pas lui proposer une activité plus appropriée comme jouer à la balle ou gruger calmement un os sur son coussin? Une occupation plus motivante à laquelle il ne pourra dire non!

 

En résumé

Peu importe la cause des mordillements, il est toujours nécessaire de faire appel à un intervenant ou éducateur canin réputé, dès les premiers signes. Afin de vous guider vers les meilleures interventions adaptées à votre famille et à votre chien. Choisissez la personne qui correspond le plus à vos valeurs. L’important est d’agir dès l’adoption du chiot ou du nouveau chien s’il est adulte. Vous gagnerez à travailler dès le début la confiance et la communication avec pitou. Avoir un chien doit être avant tout plaisant pour chacun des membres de la famille!

 

 

Rédigé par Gabrielle Charland

Tsa et intervenante en comportement canin et félin

 

Sources :

  • Dehasse, Joël. (2009) Tout sur la psychologie du chien, Éd. Odile Jacob, p.291-294.
  • Dehasse, Joël. (2012) Changer le comportement de mon chien en 7 jours, Éd. Odile Jacob, p.107-110,164-167,179-182
  • Tellington-Jones, Linda. (2011) La méthode Tellington TTouch, Éd.Génie Canin

crédit photo: Véronika Jorjobert