5 astuces à intégrer avec votre chien pour prévenir la garde de ressources

Dans votre quotidien laissez-vous toujours les gens de votre entourage toucher, utiliser, prendre vos biens ou votre nourriture… sans réagir? Fort probablement pas! Pour chacun d’entre nous certains biens, objets, lieux, ou même nos mets préférés ont une grande valeur à nos yeux. De ce fait, nous ne laissons personne se les approprier et nous avons tendance à les protéger.

Si je vous disais qu’il en est de même pour nos chiens… Un grand nombre de chiens expriment à différents niveaux des comportements de protection de ressources. J’ai pu constater que les propriétaires y réagissent rarement. Et d’autres, se sentant dépassés par cette situation, interviennent de la mauvaise façon et souvent par la punition. Dans cet article, je vous donnerai des conseils simples pour prévenir ces comportements et vous aider à bien les gérer. Parce que vivre avec pitou doit être plaisant!

 

Définition

Tout d’abord décrivons de quoi il s’agit. On parle de garde ou protection de ressources quand un chien protège une chose de grande valeur à ses yeux. Il peut s’agir de jouet, de nourriture (os, gâterie, nourriture de table…), d’un lieu (son endroit préféré dans la maison, lit, fauteuil, coussin…), d’un autre animal ou même d’une personne. Sachez que ce comportement est tout à fait normal! Nos chiens, tout comme nous, doivent l’exprimer pour leur survie et afin de combler leurs besoins essentiels. Les chiens ne le font pas par méchanceté, ils le font pour eux- même! Ça devient leur stratégie pour préserver ce qui est précieux pour eux.

 

Si l’humain ne fait rien…

Laisser aller les différentes manifestations de ce comportement (regard fixe, lever les babines, montrer les dents, grogner, tenter ou même mordre) ne peut qu’empirer la situation. Avec le temps, le chien augmentera probablement l’intensité de ces manifestations qui fonctionnent puisque la source de son stress fini par s’éloigner.

 

Si l’humain punit…

Ce qui pousse le chien à protéger quelque chose qui est précieux pour lui est qu’il perçoit l’humain, le chien ou un autre individu comme une menace qui veut le lui retirer. Donc, imaginez si vous disputez votre chien quand il grogne parce que vous approchez de sa gamelle… Il est certain qu’il ne vous percevra pas comme moins menaçant!

Au contraire, il sera renforcé dans cette défense puisque vous démontrez que vous êtes une menace. Éventuellement, la situation s’envenimera. Il devra trouver d’autres moyens plus convaincants de vous repousser. Pitou sera plus démonstratif et vous serez moins patient! Ouf! Rien ne paraît simple!

Mais bonne nouvelle! Ces comportements se déclarent souvent davantage vers l’adolescence, l’âge variant selon la race (entre 5 à 18 mois). Ces manifestations comportementales ne disparaîtront pas, elles sont programmées. Mais plusieurs stratégies peuvent être misent en place facilement dès l’adoption d’un chiot pour les prévenir!

Notez qu’à n’importe quel âge, une intervention comportementale peut être faite (avec un éducateur canin qualifié) dans le but de gérer ces situations et favoriser le bien-être de votre chien. Et prendre en charge précocement ce type de problème augmente grandement les chances de réussite.

 

5 astuces à intégrer avec un chiot!

 

Gérer l’environnement

Une des premières règles pour faciliter la gestion d’un chiot est de ranger tout ce qu’il peut se mettre en bouche. Le chiot explore et découvre son environnement avec sa gueule. Il prendra tout ce qui se trouve sur son chemin et qui semble intéressant.

Fournissez-lui plusieurs de jouets à mâcher et gardez une réserve de jouets nouveaux que vous alternerez pour conserver son intérêt. Quand on a un  jeune enfant on doit tout ranger pour sa sécurité. Il en est de même pour le chiot! Moins il aura accès à des objets humains ou de la nourriture, moins il se les appropriera.

Également, fermer les portes des pièces interdites. Réduire l’espace de vie du chiot permet de mieux le surveiller et l’éduquer. Vous conserverez ainsi votre énergie à des choses plus utiles que le réprimander sans arrêt! Il aura moins d’occasions de faire du grabuge un peu partout dans la maison!

 

Lui enseigner à échanger, partager

Une autre règle fondamentale de l’éducation du chiot est de ne pas lui retirer ce qu’il a dans sa gueule. Ce que vous voulez lui enlever, vous l’échangez contre autre chose de plus intéressant et qui est permis. Par exemple, pitou vole une chaussette… Ne courez pas après lui pour la lui enlever (même s’il y a un danger d’ingestion), il vous fera courir dans toute la maison pour la garder et pourrait même essayer de l’avaler! Une telle intervention rendra l’objet convoité encore plus important.

Présentez-lui plutôt un nouveau jouet et il laissera tomber la chaussette à coup sûr! Vous pouvez également utiliser une gâterie appétissante que vous déposez un peu plus loin au sol. Vous pourrez alors prendre l’objet  voulu en toute sécurité. Renforcez le bon comportement de vous laisser la chaussette avec un ‘’bon chien’’. Restez neutre et évitez de réagir trop fortement. Il est aussi possible de lui apprendre  ‘’laisse’’  ou ‘’donne’’ sur commande avec l’aide d’un éducateur ou intervenant canin.

De plus, évitez de le déranger quand il mange ou gruge un os. Tout comme vous souhaitez sûrement manger en paix… Et si vous devez le faire, échangez toujours avec autre chose de plus grande valeur pour lui et déposé au sol un peu plus loin par sécurité!

 

Exercices à faire avec votre chiot pour prévenir

Quand votre chiot gruge un os ou mange dans son bol, approchez de lui sans vous pencher, ‘’échappez’’ une récompense de très haute valeur pour lui et éloignez-vous. Répéter plusieurs fois et souvent. Il apprendra que votre approche, lorsqu’ il a quelque chose dans la bouche, annonce de bonnes choses!

Quand vous jouez à la balle avec lui et qu’il vous la rapporte (ou autre jouet qu’il tient dans sa gueule): échanger la balle contre une gourmandise très appétissante pour lui. Relancer ou redonnez-lui ensuite sa balle ou son jouet. Il reçoit une récompense pour avoir donné sa balle et, en plus, on recommence à jouer avec lui! Le chien répète toujours les comportements qui lui rapportent gros!

 

Reconnaître les signes d’inconfort

Une étape cruciale dans le processus de prévention est de pouvoir observer les signes d’inconfort et de stress chez votre chiot. Cette éducation est aussi faite chez les propriétaires qui ont des chiens adultes nécessitant de l’aide pour ces comportements de garde de ressources.

Il est important de voir, dès les premiers signes, la méfiance et le stress du chien. Afin de changer la situation et intervenir de la bonne façon. Vous ne devez en aucun cas être perçu comme une menace par votre chien.

Voici quelques signes observables et fréquents : détourner le regard, tourner la tête, tourner le corps, bouger lentement, s’immobiliser, approcher en demi-cercle, se lécher le nez, bailler, s’asseoir, se coucher… Il s’agit de signaux d’apaisement que le chien exprime souvent pour démontrer un inconfort ou une incertitude et aussi l’aider à se calmer lui-même.

Si la situation ne change pas, nous pouvons observer des signes de stress: bâillement nerveux, tremblement, vocalisation, sudation des coussins, corps rigide, salivation excessive, pellicules, perte de poils excessive, dilatation des pupilles… La peur de se voir enlever ce qu’il s’est approprié et la confusion dans sa perception de vos intentions sont sources de stress. Une fois que vous avez identifiés ces signes, vous êtes en mesure de changer la façon dont il perçoit la situation.

 

Combler ses besoins en activité

Dès son plus jeune âge, le chien doit travailler pour sa nourriture. Vous  êtes son guide et devez vous assurer que ses besoins quotidiens en activité physique, masticatoire et mentale soient comblés tous les jours. Lien article Autant pour vous aider à gérer le chiot que pour fatiguer le chien adulte qui aura ainsi moins d’énergie pour exprimer des comportements indésirables, dont la garde de ressources. Pour se faire nourrissez principalement pitou dans des jouets interactifs, des kongs garnis, des balles distributrices, des jeux fabriqués maison… ‘’Un chien doit travailler pour manger, jouer en travaillant et réfléchir en jouant!

 

Petit conseil supplémentaire!

Pour prévenir ces comportements désagréables de protection, rappelez-vous toujours que le nombre de ressources versus le nombre de chiens présents a une incidence.

Assurez-vous que le nombre de jouets, os ou objets de grande valeur soient un de plus que le nombre de chiens! Si vous avez deux chiens et qu’il y a une seule balle, il y a fort à parier qu’un conflit finira par éclater. Si vous leur fournissez trois balles, ils auront du plaisir et aucune raison de se disputer ce jouet tellement prisé! Évidemment, plus le nombre de chiens est grand plus le risque de voir apparaître ces attitudes possessives s’accroît.

 

Au final

Soyez bien informés lorsque vous adoptez un chiot. Je vous conseille fortement de prendre des cours privés avec un éducateur ou intervenant canin réputé afin d’avoir les bonnes informations. Armez-vous de patience et soyez en mesure de bien observer votre ami canin afin de voir ses signes d’inconfort. Si votre chien manifeste des comportements de  protection de ressources et que vous en êtes dépassé, n’hésitez pas à faire appel à un intervenant canin compétent pour vous aider. Chaque chien a sa personnalité et le rôle de l’intervenant est de faire ressortir ses qualités pour les optimiser dans votre foyer. Il a également les compétences de vous guider pour intervenir de façon adéquate dans chaque situation!

 

Rédigé par Gabrielle Charland

Intervenante en comportement canin et félin

 

Sources:

  • Dehasse, Joel. Tout sur la psychologie du chien, Éditions Odile Jacob, 2009.p.77-79, 152-155, 353.
  • Paul, Anne-Lise (comportementaliste canin et félin). Formation Azca, module 2: Agression et agressivité chez le chien domestique. 2018. Notes de cours.
  • Dehasse, Joel. Mon chien est heureux: jeux, exercices et astuces. Éditions Odile Jacob,2009.p.24-32.

 

Crédit photo: Martin Krchnacek